la parenthèse dorée-angela behelle-l'inspiration d'émeraude-editions la bourdonnaye

Titre : L'Inspiration d'Emeraude

Série : La Société Tome 5

Auteur : Angela Behelle

Editeur : La Bourdonnaye

Date de parution : 18 septembre 2013

Catégorie : romance érotique

Note : 5/5

Quand Paul Peyriac est déçu par son écrivain vedette, il ne se prive pas de le lui faire savoir de manière très directe. C’est en répondant à l’impérieuse convocation du co-fondateur de la Société qu’Emmanuelle Travel va faire connaissance, de manière un peu brutale, avec le très séduisant Yann Le Breuil, l’auteur à succès des Éditions Peyriac.

Entre la douce et sensuelle Émeraude dont les récits coquins font les beaux jours des Éditions de la Nuit Bleue, et l’écrivain provocateur, c’est la rencontre du jour et de la nuit, l’association improbable de deux plumes affûtées qui trouvent au sein du réseau de la Société une inspiration nouvelle. C’est surtout l’alliance secrète d’un ange qui renie ses ailes et d’un démon qui l’entraîne à la découverte de luxures auxquelles elle prend un goût inavouable.Mais dans ce prétendu jeu auquel ils ne veulent puiser que du plaisir et des idées sont-ils aussi sincères et déterminés que ce qu’ils affirment ? Jusqu’où sont-ils prêts à aller, l’un et l’autre ?

Ce 5e tome de la série vous ouvre généreusement les portes de l’Écarlate, le tout nouvel établissement de la Société. Entrez et vous saurez enfin ce qui se passe vraiment derrière sa discrète façade.

 

L'avis d'Ialys

Nouveau tome, nouveau décor, nouveau coup de cœur c'est la recette magique d'Angela Behelle. Cette fois-ci l'auteure nous ouvre les portes de l'Ecarlate nouveau club échangiste de la capitale tenu par Lou et Liam (nos héros du quatrième tome).  Dissimulés derrière un loup, nous entrons dans un monde débridé où tous les désirs les plus primaires et inimaginables sont assouvis et assumés.

Notre héroïne, Emi plus connue sous son nom de plume Émeraude fait le succès des éditions de la nuit bleue, lancées par Paul Peyriac et sa petite fille par alliance Mina. Convoquée aux bureaux des deux éditeurs, elle se fait passer un sacré savon. La cause : son dernier manuscrit ne les convainc pas, il est selon eux fade et bien en dessous du niveau d'érotisme auquel elle les a habitués. Blasée et coincée depuis 3 ans dans une relation qui ne lui apporte plus rien, Émeraude est clairement en manque d'inspiration.

En sortant de leurs bureaux elle croise un certain Yann Le Breuil, écrivain reconnu,  charismatique et libertin notoire. Avec lui, Emi découvre l'Ecarlate et accepte de repousser ses limites pour se livrer aux plaisirs et expériences les plus intenses. Au programme : volupté, voyeurisme, libertinage et jeux toujours plus osés, toujours plus forts. En sa compagnie, elle se sent revivre, redevenir femme et retrouve petit à petit l'inspiration dont elle a besoin pour poursuivre son manuscrit. Entre les deux personnages c'est une relation extrême et dépendante qui s'installe. Ils sont tous les deux irrésitiblement attirés l'un par l'autre mais refusent de dévoiler leurs sentiments. Toutes les expériences auxquelles ils se livrent sont pleinement consenties de part et d'autre, ce qui nous permet de ne pas être gênés par certaines scènes plus audacieuses ! 

Ce roman est réellement destiné à un public averti c'est le plus osé de la saga en termes de voyeurisme et de libertinage. Rien n'est épargné, mais le style d'écriture de l'auteure fait comme à chaque fois des merveilles et parvient à nous faire accepter sans problème certaines scènes assez crues et osées. Sans oublier l'arme secrète d'Angela Behelle, qui arrive à insuffler tout au long de ce tome la dose de romantisme et passion nécessaire pour faire chavirer nos petits cœurs. La fin est tout simplement "magique" et fera verser pour les plus sensibles une petite larme, le "je t'aime espèce d'idiote" restera l'un de mes moments préférés du roman !

 

Citation

"Septième étage !

Nous y sommes. J’ai les jambes cotonneuses et l’esprit préoccupé par ce rendez-vous impérieux auquel je ne m’attendais pas. Toute à mes pensées inquiètes, je sors en trombe de l’ascenseur. Je manque alors de tomber à la renverse en bousculant quelqu’un sur mon passage. Par chance, une main solide me préserve généreusement de l’humiliation d’une chute. Je relève piteusement le nez vers mon sauveur pour m’excuser et là, la surprise m’arrête tout net.

Bon sang !

Yann Le Breuil me tient le bras.

Il est encore plus sublime que sur la couverture de ses livres. Tout est fidèle au portrait : ses cheveux très bruns, à la coupe faussement désordonnée, un fin duvet de barbe qui ombre légèrement son magnifique visage aux traits volontaires, ses yeux noisette qui me dévisagent gaiement sous une bordée de longs cils noirs et ses lèvres pleines qui s’étirent à cet instant dans un sourire vaguement moqueur. Il n’a eu aucune difficulté à me rattraper, il a une carrure d’athlète et une poigne de fer. Il mesure presque une tête de plus que moi malgré mon mètre soixante-dix augmenté de mes dix centimètres de talons.

— Vous êtes-vous fait mal ? me demande-t-il.

Sa voix grave et un peu voilée me colle la chair de poule. Je me redresse aussi dignement que possible en récupérant ma liberté et je bredouille des remerciements confus.

— Non… merci. J’espère que vous non plus.

— Il m’en faudrait un peu plus."