la-parenthèse-dorée-cest-toi-que-jattendais-de-kristan-higgins

Titre en français : C’est toi que j’attendais

Titre original : Until There Was You

Auteur : Kristan Higgins

Editeur : J’ai Lu

Date de parution : 4 décembre 2013

Note : 4/5 

« Comment veux-tu trouver un homme digne de ce nom, ma fille ? Tu vis dans un dépôt de ferrailles ! » Poppy a bien un boy-friend, mais chut, c'est le propriétaire du resto italien qui concurrence la brasserie de ses parents... Un amoureux pas très empressé, il faut l'avouer. Mais elle aurait grand tort de se plaindre : elle dirige sa propre entreprise de récupération de matériaux, vit entourée d'une famille décalée mais aimante, ainsi que d'une smala d'amis farfelus et de petits protégés qui remplissent son quotidien de rires et de tendresse. Elle a même le projet d'acquérir les Prés Fleuris, la sublime demeure victorienne de Vivian, espiègle vieille dame avec qui elle s'est liée d'amitié. Que demander de plus ? Un jour, resurgit Liam, le bad boy du lycée qui lui a brisé le coeur quinze ans auparavant. Toujours aussi craquant. Voilà qui risque de bouleverser cette joyeuse harmonie... Pas question ! Poppy s'est juré que jamais plus elle ne se laisserait prendre au charme de Liam. Pourtant, n'est-il pas celui qu'elle attendait ?  

 

L’avis d’Ialys

Je tiens tout d’abord à vous mettre en garde, ce livre est addictif une fois commencé on a vraiment du mal à le lâcher. Je l’ai lu pratiquement d’une traite car j’ai été totalement prise par cette histoire pleine de sentiments, d’humour et d’émotions. C’est un vrai petit rayon de soleil en plein hiver. Vous allez plonger au cœur d’une petite ville pleine d’histoires, avec une héroïne attachante et un bad boy beau, charismatique, au blouson de cuir qui adore les motos (désolé je m’égare un peu mais j’ai un point faible pour les bad boy dans les romances !).

Cornelia Osterhagen, que tout le monde surnomme Poppy car elle déteste plus que tout son prénom, dirige une entreprise de recyclage de matériaux en tout genre auxquels elle redonne une seconde vie. Elle a un look très garçon manqué : jean/grosses bottes (vous savez les bottes de chantier super sexy). Robes/escarpins trop peu pour elle ! Elle vit dans une église (oui ce n’est pas une plaisanterie) possède un gros chien, qui la suit partout, et trois chats. Elle est capable d’engloutir des quantités de nourriture sans prendre un kilo (je la déteste !).  Elle a vraiment le cœur sur la main, et n’hésite pas à en prendre sous son aile des jeunes en difficulté et une vieille dame isolée (je l’adore !).

Enfant adoptée, elle n’est pourtant pas en manque d’amour, car sa famille d’accueil a toujours été aux petits soins pour elle, même trop, sa mère est une vraie mère poule (du genre à s’inquiéter si elle n’a pas de nouvelles pendant deux jours, vous voyez le genre, tiens j’ai l’impression d’avoir la même). Elle mène une vie paisible, passionnée par son travail, entourée d’amis précieux et sort avec le patron du restaurant concurrent de ses parents (sans que ces derniers soient au courant car ils lui vouent une haine sans égale). Mais voilà tout son petit monde tranquille va être bousculé par le retour en ville de Liam Declan Murphy, le bad boy de son époque lycée dont elle était secrètement amoureuse. Le hic c’est qu’il est toujours autant à tomber, et Poppy s’est fait la promesse de ne plus jamais tomber dans le panneau. Elle n’a en effet pas oublié l’humiliation qu’il lui a fait subir 20 ans plutôt. Mais voilà est-il possible de lutter contre une attirance si dévorante ? (Oui…Non… Enfin peut-être… Bref je vous laisse le découvrir).

Le vrai point fort de cette histoire sont les personnages attachants que l’auteure nous dépeints. Les parents de Poppy sont adorables, son frère, enfant lui aussi adopté a un humour très particulier, son confident qui n’est autre que le compagnon de son frère, incarne à lui seul le stéréotype du meilleur ami gay et sa cousine Gretchen est la garce de service qui souhaite sans arrêt se récolter toute la gloire. Mais les personnages principaux ne sont pas en reste. Poppy est vraiment très touchante. J’ai aimé sa détermination, sa générosité et son côté passionnel. Quand elle aime elle se donne vraiment corps et âme quitte à se brûler quelque fois un peu les ailes, elle ne parvient pas à résister à son amour de jeunesse (en même temps, vu le beau gosse que c’est, on ne peut que compatir avec elle).

Liam quant à lui, c’est l’incarnation du charme absolu, sous ses côtés bad boy et coureurs de jupons, il cache une réelle sensibilité et fragilité. En deuil depuis deux ans, suite au décès de sa femme atteinte d’une leucémie il s’occupe désormais de sa fille Nicole, une jeune adolescente de 16 ans qui est son véritable rayon de soleil. Il est très protecteur envers elle, à tel point que cela en devient une obsession. Ce papa poule très tourmenté a peur de perdre sa fille et doit apprendre à vivre avec des crises d’angoisse et certains tocs dont il ne parvient pas à se défaire. Vous l’aurez compris, on a envie de le protéger pour qu’il ne lui arrive plus jamais de malheur (pauvre petit chou…)

Si vous êtes amateurs de belles romances, je ne peux que vous encourager à lire ce merveilleux livre. Malgré une couverture un peu kitch (je vous l’accorde) il n’y a vraiment rien de niais ou de lisse dans cette histoire. C’est une belle romance haute en couleur, empreinte d’humour et émouvante qui aborde des sujets délicats  tels que la maladie, l’homosexualité, l’adoption ou encore le deuil. Au-delà de l’histoire d’amour principale on suit aussi les univers des autres personnages, ce qui permet d’éviter certaines lourdeurs. Entre rires et larmes, ce livre ne vous laissera pas indifférent et vous fera passer un bon moment de lecture avec en prime un peu de baume au cœur.   

 

Citation

« – Il était moite, il se frottait la poitrine, il avait du mal à respirer. Mettez-vous à ma place !

- Vous avez raison, on peut très bien confondre une crise de panique avec un problème d'ordre cardiologique, la rassura-t-elle.

– Tu vois ? s'écria Poppy en dévisageant Liam.

Il avait les yeux exorbités.

– Tu m'as littéralement broyé.

– Oh, secoue-toi et cesse de gémir.

–  Tu ferais une drôle d'infirmière. Pourquoi ne pas me poignarder tout de suite ?

– Ne me tente pas.

–  Vous êtes mariés ? demanda le médecin.

–  Non ! répliquèrent-ils à l'unisson. »